Traduction du droit et droit de la traduction

Direction scientifique : Marie Cornu et Michel MoreauTraddudroitetDroitdelatrad

Contributeurs : Eleanor Cashin-Ritaine, Marie Cornu, Jacques David, Aileen Doetsch, Fernando Feldman, Manlio Frigo, jean-Claude Gémar, Marie Goré, isabelle de Lamberterie, Marie-Eugénie Laporte-Legeais, Gilbert Lautissier, Raymond Legeais, Anne-Marie Leroyer, Alain A. Levasseur, Michel Moreau, Frédérique Niboyet, David Noguéro, Xavier North, Jean-Pierre Relmy, Rodolfo Sacco, Jean-Louis Sourioux, François Terré, Isabelle Tranchant

Editeur :  Dalloz, Paris

Collection : Thèmes et commentaires

ISBN : 978-2-247-10527-4

Parution : 2011

333 pages

Le Cecoji  et Juriscope, dans le prolongement de leurs activités touchant la traduction, la linguistique et la terminologie juridiques, ont conçu et organisé, en octobre 2009, un colloque international sur un thème très actuel : « Traduction du droit et droit de la traduction » dont les contributions sont publiées dans cet ouvrage. Ces journées organisées avec le soutien actif de la Délégation à la langue française et aux langues de France du ministère de la Culture et de la Communication et du ministère de la Justice, à la faculté de droit et des sciences sociales de l’Université de Poitiers ont été l’occasion de conférences et d’échanges fructueux entre les différentes communautés concernées : juristes comparatistes, traducteurs, linguistes, responsables de services de traduction dans des administrations ou organismes nationaux, européens et internationaux.

Le développement rapide et significatif de la traduction juridique qu’imposent la croissance des échanges internationaux et la compétition des systèmes juridiques, marque un changement sensible dans la perception de son rôle.

Considérer la politique de la traduction juridique a permis de mieux saisir sa fonction actuelle qui s’affirme plus nettement comme une démarche scientifique, auxiliaire du droit. Ont, à cette occasion, été mis en évidence les aspects liés à la terminologie juridique et les difficultés méthodologiques de transposition des concepts juridiques d’un système à un autre, soulevant auinsi la question des bonnes pratiques. Enfin, l’importance parfois stratégique prise par les traductions juridiques conduit à préciser le statut juridique de la traduction, soulevant ainsi un débat sur l’autorité de la traduction et sur la responsabilité qui peut, le cas échéant, être imputée au traducteur.

Recherche

Menu principal

Haut de page